HPV > Papillomavirus

HPV : Human PapillomaVirus

 

70 à 80% des hommes et des femmes de 50 ans ont été infectés par le papillomavirus. La contamination se fait par voie sexuelle, particulièrement au début de celle ci (et donc touche les sujets jeunes), par un contact cutanéo muqueux. Les préservatifs ne préviennent que partiellement l'infection puisque le virus peut se transmettre par la bouche, et le contact avec les doigts. Dans la majorité des cas (plus de 90%), le virus disparaît et la guérison est naturelle en quelques mois. 3 à 5% des femmes n'arriveront pas à se débarrasser du virus, et le portage chronique pourra induire l'apparition de lésions du col de l'utérus.

 

Il existe plus de 60 types de papillomavirus, et seuls certains d'entre eux sont oncogènes, c'est-à-dire qu'ils peuvent donner des altérations des cellules du col de l'utérus que l'on appelle dysplasie. Lorsque ces lésions ne sont pas dépistées, puis traitées, elles risquent de progresser et d'aboutir à des lésions précancéreuses, puis cancéreuses. les HPV 16 et 18 sont responsables d’environ 70 % des cancers du col de l’utérus dans le monde. Ces papillomaVirus sont aussi responsables de cancers de l'anus, de la vulve, du vagin, du pénis et de l'oropharynx.

En 2009, une étude épidémiologique française a montré que 82 % des cancers invasifs du cancer du col de l’utérus étaient associés aux HPV 16 et 18.

 

L'infection par les sous-types oncogènes n'est pas suffisante pour aboutir à une dysplasie ou un cancer. D'autres facteurs sont nécessaires, comme le tabagisme, un terrain médical immunodéprimé ou des facteurs génétiques. Parfois, il n'y a pas d'autre facteur de risque .

D'autres types d'HPV sont responsables de l'apparition de condylomes, sortes de verrues qui apparaissent sur la peau et les muqueuses des organes génitaux.

Les verrues plantaires, quant à elles, sont dues à un type de papillomavirus à bas risque et sont sans relation avec les lésions que l'on peut retrouver sur le périnée.

 

La prévention se fait de 2 manières :

      > Par l'administration d'un vaccin qui prévient l'infection par le HPV : le Gardasil® ou le Cervarix®.

     > Par la réalisation régulière de frottis qui détecte ces lésions bien en amont et permet de les traiter avant qu'elles ne s'aggravent.

 

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale.