Le cancer du sein

Chaque année, le dépistage précoce du cancer du sein permet de sauver des milliers de vie. Plus le cancer est dépisté tôt, meilleur est le pronostic, et moins les traitements sont lourds et agressifs. Les chances de guérison sont alors très importantes.

 

Ce dépistage repose essentiellement sur un suivi gynécologique régulier annuel ou bisannuel , et sur la pratique de mammographies régulières.

 

L'Assurance Maladie a mis en place depuis 1994 un système de dépistage gratuit avec une convocation envoyée tous les 2 ans aux femmes de 50 à 74 ans, pour faire  une mammographie, qui sera interprétée par 2 radiologues.

Bien entendu, les femmes qui ont des facteurs de risque particuliers seront suivies différemment, et la stratégie de dépistage sera adaptée par leur gynécologue.

 

Un cancer peut être suspecté de 2 manières :

- soit par la perception d’une « boule » dans le sein,

- soit par l’apparition d’une image suspecte sur la mammographie.

Dans les 2 cas, une analyse par biopsie de cette boule ou de cette image sera indispensable.

 

Il existe 2 formes principales de cancer ou adénocarcinome, selon s’il se développe

- dans les canaux galactophores

- ou dans les lobules.

 

On parle de cancer in situ si le cancer est localisé dans les canaux ou les lobules et de cancer infiltrant si les cellules cancéreuses envahissent le tissu mammaire avoisinant.

 

Le résultat de l’analyse histologique nécessite une dizaine de jours. S’il montre qu’il s’agit d’un cancer, la suite la plus fréquente est l’exérèse de la lésion entière et du ganglion axillaire correspondant.

En fonction de plusieurs critères (nature et taille de la tumeur, atteinte des ganglions, structure histologique …) une chimiothérapie et/ou une radiothérapie seront prévues secondairement.

 

Il existe des formes génétiques de cancer du sein, lié à la mutation d’un gène BRCA1 ou BRCA2, portés par les chromosomes 17 et 13 qui peut être transmis à travers les générations. Les femmes qui portent ces mutations génétiques ont un risque accru de développer un cancer du sein, et souvent plus jeune. On parle de famille à cancer du sein lorsqu’il y a 3 antécédents au premier degré.

 

La grande majorité des femmes qui ont un cancer du sein n’ont pas de facteur de risque connu de nos jours.

 

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale.